La carrière et l’évolution professionnelle

Depuis quelque temps, le stress vous gagne, votre motivation est en berne, vous réfléchissez comment quitter votre job sans démissionner. Pour retrouver un travail dans un autre domaine il faudra certainement suivre une remise à niveau avec i-etudia.com .Même s’il existe des cas particuliers dans lesquels la démission ouvre droit à une indemnité de chômage, (quelques cas de déménagement, mariage, PACS, …), la démission a l’inconvénient majeur de ne pas être soutenue par Pôle emploi.

Démission et demande d’une allocation chômage

Si vous démissionnez, la suspension est la vôtre, vous ne serez donc pas considéré comme involontairement privé d’emploi. Vous ne pouvez pas “en principe” demander des allocations de chômage, ce revenu qui vous permet de continuer à vivre jusqu’à ce que vous trouviez un nouvel emploi. Pour obtenir ce nouvel emploi, vous pouvez suivre des cours particulier a domicile pour préparer votre entretien ou vous remettre à niveau en anglais par exemple . Néanmoins, Pôle Emploi admet certains cas de démission qualifiés de légitimes pour quitter son emploi tout en ayant droit à des allocations de chômage. C’est le cas, par exemple, si vous démissionnez pour suivre votre conjoint qui change de lieu de résidence pour commencer un nouvel emploi.Mais d’autres façons de rompre, moins risquées, vous permettent de quitter votre emploi en touchant le chômage et de créer votre entreprise. Vous pouvez proposer à votre employeur de mettre fin, d’un commun accord, à la relation contractuelle que vous avez liée à un contrat permanent. La signature d’une rupture contractuelle garantit la réception des prestations de chômage à la fin du contrat de travail pour une durée indéterminée, avec l’application d’une période d’attente et d’une période d’indemnisation plus ou moins longue. Cependant, vous ne pouvez pas forcer votre employeur à signer une pause conventionnelle. Vous devrez être persuasif.

Les avantages d’une rupture conventionnelle

La rupture conventionnelle permet à l’employeur d’anticiper le départ du salarié, il peut ainsi organiser la recherche d’un remplacement, éviter de faire face à un départ précipité ou soudain pouvant être une source de désorganisation. L’employé peut préciser à l’employeur qu’il lui donnera un délai pour trouver un remplaçant et qu’il finira par former le nouvel employé. Le demandeur de la violation conventionnelle doit garder à l’esprit que l’employeur n’est pas obligé d’accepter la violation conventionnelle, il lui appartient donc de mettre en œuvre tout ce qui sera nécessaire pour lui faire adhérer à la démarche.

Articles de la même catégorie :